Abonnez-vous en ligne / Téléchargez le bulletin d'abonnement
50 ans théâtre national de nice

saison 2019-20

Nous n’appelons pas de nos efforts et de nos vœux un public de clients et de badauds, mais un public de témoins, je veux dire un public d’hommes et de femmes libres, plus vivants que savants, capables de dépasser les goûts et les jugements appris, pour se livrer, quand il le faut, à l’expérience directe de l’œuvre naissant sous leurs yeux. Gabriel Monnet

En 1969, la première identité visuelle du Théâtre de Nice, Centre dramatique national, tout juste créé, est le bouquet de ballons bleu, noirs et rouge imaginé par Alexandre Calder pour Gabriel Monnet. Le totem Caliban II en est la représentation monumentale ; il était planté dans le jardin public qui jouxtait le premier bâtiment du Centre, il se trouve désormais sur le parvis du théâtre.

L’artiste avait précisé : “Je veux faire quelque chose pour vous.“ Caliban II était né.

Pour la petite histoire, Calder avait créé Caliban, monstre de fer noir, pour le hall de la Maison de la Culture de Bourges quand Gabriel Monnet la dirigeait ; il créa donc, pour Nice et son théâtre, son petit frère, comme aimait à l’appeler Monnet.
“Trois lunes de couleurs se balancent sur le grand totem qui voisine et signale le Théâtre de Nice [...] dressant son bec tendu vers le ciel, un fétu de métal et trois pétales livrés aux hasards du vent.“

L’identité graphique de la saison des 50 ans, imaginée par notre graphiste Régis Rocca, en est inspirée.

Théâtre National de Nice - Affiche 1969

Nous ouvrons cet éditorial par les mots de Gabriel Monnet, fondateur et premier directeur du Théâtre de Nice, créé il y a 50 ans. Dès 1970, le théâtre se voit attribuer le label de “Centre Dramatique National“ -il en existe aujourd’hui 38 en France-, structure de création et de production artistique dirigée par un ou plusieurs artistes engagés dans le champ théâtral et constituant un lieu de référence nationale pour le développement de l’art du théâtre auprès des publics.
De Gabriel Monnet à Irina Brook, en passant par Jean-Pierre Bisson, Jean-Louis Thamin, Jacques Weber et Daniel Benoin, tous ont incarné le CDN de Nice au travers de leur projet artistique, de leurs mises en scène, imprimant au tnn sa singularité et sa particularité d’être l’un des rares lieux labellisés de la région SUD PACA. Ils y ont permis le foisonnement de la culture et du spectacle vivant.

Cet anniversaire est l’occasion de remercier chaleureusement nos financeurs, la Ville de Nice, le Ministère de la Culture - Drac Paca, le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes et la Région SUD-PACA sans qui l’aventure de ce théâtre public ne pourrait pas exister.
Pour cette saison des 50 ans, et à la veille de l’arrivée d’une nouvelle direction et de son projet artistique, nous sommes heureux de vous livrer une programmation riche de 45 spectacles. Nous l’avons souhaitée pluridisciplinaire, donnant la part belle au théâtre de texte, à la musique, à la danse, au nouveau cirque et au théâtre de marionnettes, ouverte à tous et pour tous les âges.

Au fil de ces pages, vous découvrirez que le théâtre et le sport peuvent faire bon ménage, que le jazz arrive en force au tnn grâce à un nouveau partenariat que nous avons noué avec le Nice Jazz Festival et une programmation de haute volée -Lucky Peterson, Kyle Eastwood...-, que le passionnant musicien virtuose Jean-François Zygel fera également son entrée au tnn avec une carte blanche et trois soirées dédiées à la poésie, ainsi que l’illustre metteur en scène italien Pippo Delbono, qui y présentera sa Gioia.

Au cœur de nos missions de production, nous accompagnerons de jeunes aventuriers de la création et poursuivrons des fidélités à de grands metteurs en scène :
• la metteuse en scène Linda Blanchet créera à Nice Killing Robots, spectacle autour de l’intelligence artificielle, inspiré de l’histoire du premier robot auto-stoppeur, HitchBOT
• le comédien-metteur en scène Samuel Charieras -qui avait enchanté le public en 2016 avec son mémorable Horla, ou la saison dernière dans son interprétation de Mercutio dans le Roméo et Juliette mis en scène par Irina Brook- créera Le 20 novembre de l’auteur-poète-metteur en scène suédois Lars Norén
• le premier texte de la comédienne Sonia Belskaya, J’ai rêvé d’un cafard..., monologue à tiroirs issu de son histoire familiale, qu’elle portera à la scène en l’incarnant avec force, finesse et humour
• la reprise de l’inoubliable André, de la comédienne-metteuse en scène Marie Rémond, sur le destin hors norme du tennisman André Agassi.

Nous coproduisons plusieurs projets présentés dans nos salles, parmi lesquels :
Je suis invisible !, adaptation fantasque et drolatique du Songe d’une nuit d’été dans une mise en scène de Dan Jemmett
La Fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievitch, mise en scène d’Emmanuel Meirieu avec son hypnotique sens du tragique pour raconter la fin de l’utopie du peuple russe, porté par une distribution exceptionnelle -André Wilms, Evelyne Didi, Xavier Gallais, Anouk Grinberg, Jérôme Kircher...-
Le Rossignol et l’empereur, adapté d’Andersen, création portée par le marionnettiste chinois Yeung Faï, grand maître de la marionnette à gaine chinoise, et le musicien multi-instrumentiste Jan Vaneck.

Tout au long de la saison, vous pourrez assister à des pièces de grands auteurs du répertoire classique et contemporain, tels Ovide, Lewis Carroll, Molière, Montaigne, Voltaire, Proust, Rabelais, Shakespeare, Marivaux, Norén... dirigées par des metteurs en scène qui ne vous sont sans doute pas inconnus : Jean-Pierre Vincent, Michel Dydim, Mohamed El Khatib, Macha Makeïeff, Olivier Py, Guillaume Vincent, Arnaud Meunier, Zabou Breitman, David Lescot, Benoît Lambert ou Victoria Thierrée Chaplin...
La danse ne sera pas en reste avec le magistral Gravité du chorégraphe Angelin Preljocaj, les Ballets de Monte-Carlo qui rendront hommage à Nijinsky, le chorégraphe-danseur Pierre Rigal qui présentera son solo emblématique Press, ou encore La Finale de la chorégraphe Josette Baïz dans le cadre d’une collaboration avec le Festival de Danse - Cannes Côte d’Azur.
Enfin, nous avons voulu développer une programmation mensuelle à voir en famille, mêlant le théâtre, le cirque, la marionnette, et accessible dès le plus jeune âge. Ne manquez pas, pour ne citer qu’eux, Pour le meilleur et pour le pire du virtuose et burlesque Cirque Aïtal, le délicieux Romance de LaSoupeCie, imagier dédié à la petite enfance, les sublimes marionnettes de la Cie Arketal avec Hermès le dieu espiègle, L’Amour Vainqueur, conte musical inspiré de Grimm, écrit et dirigé par Olivier Py, ou encore LoDka, l’hilarant et poétique spectacle russe, d’artistes issus du Théâtre Semianyki.

Autant de propositions qui, nous l’espérons, sauront vous séduire et vous émouvoir pour souffler les cinquante bougies du Théâtre National de Nice !

Thierry Tordjman DIRECTEUR [AD INTERIM] & Ella Perrier SECRÉTAIRE GÉNÉRALE

Dernière minute...
Le 2 août dernier, Muriel Mayette-Holtz a été nommée directrice du Théâtre National de Nice.
Elle prendra ses fonctions le 1er novembre prochain.


Focus...

L’une de nos missions premières est d’accompagner les artistes dans leurs créations, soutenir leurs projets, financièrement, techniquement ou administrativement, en leur offrant des espaces de travail et les possibles aides humaines et logistiques nécessaires à la création.
Pour cette saison, nous avons fait le choix de suivre plusieurs jeunes créateurs de talent, singuliers, issus de la région et d’ailleurs, et dont le travail et le projet méritent une attention particulière. Vous y découvrirez des artistes à plusieurs facettes : à la fois comédiens, metteurs en scène, adaptateurs et/ou auteurs.
Il nous semble essentiel de vous présenter leur travail, de vous associer à cette prise de risque inhérente à la création dans le spectacle vivant -la plupart de ces spectacles ne sont pas encore créés- et nous gageons que vous aurez la même curiosité que nous à les découvrir.
Ce qui relie ces quatre jeunes artistes, c’est probablement le même engagement, la même fougue, la même passion : porter au travers du théâtre un regard sur le monde et sur eux-mêmes et d’y interroger les travers de l’humanité.

Killings Robots - Linda Blanchet

Linda Blanchet

Linda Blanchet, dont le tnn soutient le travail depuis plusieurs spectacles [le dernier en date : Le Voyage de Miriam Frisch en 2017], créera Killing Robots. Avec sa compagnie Hanna R., Linda n’a de cesse d’interroger le réel pour imaginer la fiction au plateau. Elle mène un travail de recherche méticuleux, proche d’un théâtre documentaire, mêlant intelligence artificielle et road trip robotique. Linda Blanchet écrit, conçoit, adapte, met en scène, et ses multiples talents font d’elle une artiste hors du commun.

J'ai rêvé d'un cafard... - Sonia Belskaya

Sonia Belskaya

En découvrant l’écriture de la jeune Sonia Belskaya au ThéâtredelaCité à Toulouse, soutenir sa création était une évidence. Son écriture est malicieuse, dense, elle y parle de sujets forts : l’immigration, le racisme, la violence, mais aussi l’amour, la fraternité, la liberté. Sonia ouvre des portes, pose mille questions sans forcément y répondre ; elle se livre, évoque sa vie, sa famille. Est-ce vrai ? Est-ce inventé ? Peu importe, l’essentiel c’est qu’on y croit et son écriture, couplée à son talent de comédienne, ne laisse pas indifférent.

Le 20 novembre - Samuel Charieras

Samuel Charieras

La saison passée, Samuel Charieras nous proposait la lecture du texte de Lars Norén Le 20 novembre. L’œuvre est forte, et au-delà d’une lecture, Samuel nous livrait une véritable mise en espace, accompagné de ses complices beatmakers Al’ Tarba et I.N.C.H. Il a été évident pour nous de poursuivre l’aventure et de l’épauler dans le montage du spectacle. Il avait marqué les esprits avec son Horla [présenté au tnn en 2016], il a campé un magnifique Mercutio dans Roméo et Juliette [mise en scène Irina Brook en 2019]. À la fois comédien, metteur en scène, rappeur, il est un acteur rare et sensible.

André - Marie Rémond

Marie Rémond

La comédienne-adaptatrice-metteuse en scène Marie Rémond nous fait le plaisir de reprendre à Nice son spectacle André, inspiré de la vie d’André Agassi. Vous avez pu la voir dans Vers Wanda [présenté en 2015 au tnn]. L’une des particularités de Marie est de créer des spectacles à partir de matériaux non théâtraux -des destins d’hommes et de femmes : le tennisman André Agassi, le musicien et auteur Bob Dylan, la comédienne Barbara Loden et son unique film Wanda en tant que réalisatrice ou encore Le Voyage de G. Mastorna d’après un film non réalisé de Fellini. En 2015, elle a reçu le Molière de la révélation théâtrale pour son interprétation magistrale d’Yvonne dans Yvonne Princesse de Bourgogne.


Outre ces quatre projets, nous avons le plaisir de participer à la production de cinq spectacles d’artistes majeurs du spectacle vivant :

Je suis invisible

Je suis invisible

Le metteur en scène britannique Dan Jemmett présentera son adaptation du Songe d’une nuit d’été, Je suis Invisible !, avec une distribution franco-suisse.

Jean-François Zygel

Jean-François Zygel

L’illustre pianiste Jean-François Zygel, maître dans l’art de l’improvisation, à qui nous confions une carte blanche et trois soirées dédiées à la poésie.

La fin de l'homme rouge

La fin de l'homme rouge

Emmanuel Meirieu porte à la scène le livre de Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature 2015, La Fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement, un récit passionnant qui évoque la Russie après la fin de l’URSS.

Le rossignol et l'empereur

Le rossignol et l'empereur

Le Rossignol et l’empereur de Hans Christian Andersen, porté par le maître marionnettiste virtuose Yeung Faï, que vous avez pu découvrir avec Hand Stories [présenté au tnn en 2012], spectacle autour de l’histoire de sa famille de marionnettistes en Chine.

© 2019 Centre Dramatique National Nice Côte d'Azur · Promenade des arts 06300 Nice
Tél 04 93 13 19 00 · Fax 04 93 13 79 60 · contact@theatredenice.org · Mentions Légales