Abonnez-vous en ligne Réservez en ligne Achetez une carte impro’ Téléchargez le bulletin d'abonnement
50 ans théâtre national de nice

saison 2019-20

Un nouveau souffle pour le TNN

J’aime absolument le public au théâtre, j’admire sa soif de rêves, d’histoires, sa disponibilité assis dans le noir, collé à l’inconnu aspirant à l’émerveillement.

J’aime les acteurs, ils seront les derniers à nous faire monter dans un bateau imaginaire et traverser les mers... Ce sont les poètes de nos vies, ils nous renvoient une image inouïe de nous-mêmes et souvent plus juste que les miroirs. Ce sont eux qui portent les mots, les pensées, en leur donnant corps. Ils nous permettent d’entendre bien mieux que certains discours, parce qu’ils ajoutent l’émotion au sens. Aussi, c’est avec eux que je souhaite construire mon projet.

J’aime la joie, je cherche le bonheur, la lumière et le rire, c’est sans doute la couleur la plus juste pour définir mon travail. Elle n’exclut en aucun cas l’émotion, les larmes et les chagrins, mais elle permet de ne pas s’enfermer dans la douleur. Il est d’ailleurs beaucoup plus difficile de faire rire un public que de le faire pleurer. Aussi, le bien-être, l’amour et la générosité sont les qualités que j’essaierai toujours de privilégier dans mes choix. À tort, nous associons souvent la joie avec la légèreté. La joie est en fait la plus ambitieuse des quêtes à partager avec “l’autre“. Si les mots portent en eux de la violence, c’est avec amour qu’il nous faut les donner à entendre pour qu’ils ne nous tuent pas.

J’ai toujours rêvé d’un théâtre ouvert à tous, où le public viendrait naturellement, sans inquiétude, acceptant avec curiosité les différentes propositions. Un théâtre où il se sentirait chez lui, à la fois rassuré et surpris... Un endroit où il passerait régulièrement, naturellement. Or le public qui ne connait pas le théâtre l’imagine souvent trop inaccessible, ennuyeux, compliqué, réservé aux connaisseurs et pas du tout adapté à la “vraie vie“. Il est juste de dire que le théâtre est un rêve éveillé, et c’est justement parce qu’il est imaginaire qu’il peut nous toucher sans danger, nous atteindre émotionnellement. C’est parce que nous jouons “pour de faux“ que l’on peut y croire “pour de vrai“.

Nous avons besoin d‘admirer, de respecter : le théâtre est la possibilité d‘entrer dans un espace où les valeurs ne sont pas les mêmes qu’au dehors, où le sacré prend toute la place.

Mais pour rendre utile et partager le théâtre, il faudrait commencer par s’interroger sur le public : Qu’attend-il ? Comment vit-il ? Quel est son rythme ? Pour lui proposer un théâtre qui célèbre notre humanité, un théâtre d’éducation, d’intelligence, de distraction, un théâtre où la langue s’entend vraiment, où le beau est toujours présent. Un théâtre qui sache le provoquer, le choquer, le déstabiliser, mais sans jamais le laisser dehors.

Je veux donc proposer au public un rendez-vous avec son histoire, axé sur l’Europe de la méditerranée. Une lecture simple et profonde des chefs-d’œuvre du théâtre classique afin de vivre avec les grands personnages, complétée par une découverte des écritures contemporaines latines. Pour que Phèdre, Antigone, Alceste, Hamlet, Hécube, Médée... nous livrent les secrets de leur âme.

Aujourd’hui, l’histoire du Théâtre de Nice, depuis son ouverture en 1969, est dense et contrastée. Il est donc important de lui offrir une identité propre et repérable au sein de notre pays.

“On ne va pas au théâtre comme on regarde la télévision. Peut-être même n’est-on pas spontanément spectateur : on le devient. C’est un apprentissage“ écrivait mon professeur Bernard Dort.

Ce sera notre défi, apprendre à être spectateur, l’un des objectifs du TNN sera d’affirmer la nécessité, la modernité et la jeunesse du théâtre au sein de la cité ! Chaque jour, enrichir, enchanter les nouvelles générations. Nous imaginerons nos saisons en écho aux programmes de l’Éducation nationale, et tenterons de tisser des liens avec tous les jeunes spectateurs.

Le théâtre, qui sacralise le présent dans un échange charnel entre les spectateurs et les acteurs, nous tend un miroir parfois déformant, parfois dramatique ou comique mais toujours bouleversant. Depuis toujours et pour demain, ce rendez-vous humain restera la plus belle façon de comprendre ensemble notre monde.

Muriel Mayette-Holtz


Muriel Mayette-Holtz

Muriel Mayette-Holtz est comédienne et metteur en scène.

Ancienne élève de Michel Bouquet, de Claude Régy et de Bernard Dort, elle a été professeur au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique entre 2000 et 2006. Entrée comme actrice à la Comédie-Française en 1985 après une formation au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, elle est nommée 477ème sociétaire en 1988.

Elle a travaillé notamment avec Matthias Langhoff, Jacques Lassalle, joué les plus grandes pièces du répertoire et mis en scène plus de quarante spectacles. Elle devient la première femme à diriger la troupe comme administratrice générale, d’août 2006 à juillet 2014.

Après un détour à Rome comme directrice de la Villa Médicis pendant trois ans, elle est reçue à l’Académie des Beaux-Arts dans le fauteuil de Maurice Béjart en mai 2017.

Nommée à la direction du Théâtre National de Nice - CDN Nice Côte d’Azur le 2 août 2019, avec une prise de fonction à partir du 1er novembre 2019, Muriel Mayette-Holtz retrouve, à Nice, le théâtre, son métier et projette d’y mettre en valeur les grands textes du répertoire de l’Europe de la Méditerranée.

© 2019 Centre Dramatique National Nice Côte d'Azur · Promenade des arts 06300 Nice
Tél 04 93 13 19 00 · Fax 04 93 13 79 60 · contact@theatredenice.org · Mentions Légales