[ coproduction ]

La Plus Précieuse des marchandises

Jean-Claude Grumberg
Mise en scène Charles Tordjman

avec Eugénie Anselin, Philippe Fretun et la participation de Julie Pilod

Scénographie & son Vincent Tordjman Lumière Christian Pinaud Costumes Cidalia Da Costa

Production Théâtre du Jeu de Paume - Aix-en-Provence Coproduction Théâtre de Liège, La Criée – Théâtre National de Marseille, Théâtre National de Nice – CDN Nice Côte d’Azur

Texte paru aux éditions du Seuil – La Librairie du XXIe siècle

Une forêt. Un train qui la traverse chaque jour. Un pauvre bûcheron et une pauvre bûcheronne qui ont grand-faim. Un jour, tombe du train un paquet enveloppé dans un châle tissé d’or et d’argent, si fin qu’on le dirait fait par des doigts de fées. Dans le paquet, un bébé-fille. Ce bébé est de la race des sans-cœur et tous les sans-cœur doivent mourir. Les chasseurs rôdent et les trains continuent à passer.

Jean-Claude Grumberg annonce à l’ouverture de ce livre qu’il s’agit d’un conte. Grumberg nous dira à la fin de son récit que rien de cela n’est arrivé. Il dit que cela n’est pas vrai, que cette histoire n’est pas vraie. Alors le théâtre qui toujours ment pour de vrai peut y trouver ses marques.
Certes. Il y a une forêt, un homme terrifiant, une chèvre, des chasseurs, une petite fille, un pauvre bûcheron et une pauvre bûcheronne… Et puis il y a un train qui traverse chaque jour la forêt profonde. Comme tout arrive dans les contes, voilà qu’un jour une petite marchandise tombe du train... Et la peur envahit la forêt.
Comment mettre en scène cette peur... Comment dire la violence de ce train qui la traverse pour une destination dont le lecteur sait qu’il s’agit d’Auschwitz.
Une fausse forêt habitée par de vrais acteurs qui raconteront cette histoire avec ce qui s’y trouve ; de vraies branches où sont enfouis des restes de l’humanité ; de vraies machines à coudre, une fausse tête de chèvre, un piano démantibulé, un vrai bidon coloré, une paillasse. Et puis des bouts d’autres morceaux d’un monde disparu.
Jouer à dire la catastrophe. Chanter le désastre, ce sera le rôle des acteurs.
Charles Tordjman

Absolument bouleversant. Un conte pour tout le monde.
Léa Salamé, France Inter

Avec ce miracle de beauté, de force et de simplicité, Jean-Claude Grumberg nous offre un classique instantané.
Jean-Luc Porquet, Le Canard enchaîné
Salle Michel Simon Durée 1h05 Tout public à partir de 12 ans
Théâtre
  • novembre
  • mer 17 20h30
  • jeu 18 20h
  • ven 19 20h30
  • sam 20 15h30
Accédez au calendrier des représentations en temps scolaire
Abonnez-vous en ligne réservez en ligne
La Plus Précieuse des marchandises
Centre Dramatique National Nice Côte d’Azur Directrice Muriel Mayette‑Holtz Promenade des Arts • 06300 Nice
Billetterie 04 93 13 19 00 Administration 04 93 13 90 90 contact@theatredenice.org Mentions légales  © 2021
Ministère de la culture Ville de Nice Conseil Générale des Alpes-Maritimes Région Provence Côté d'Azur Union Européenne