Abonnez-vous en ligne / Téléchargez le bulletin d'abonnement
50 ans théâtre national de nice

saison 2019-20

je poussais donc le temps avec l'épaule

D’APRÈS À LA RECHERCHE DU TEMPS PERDU DE MARCEL PROUST
ADAPTATION SERGE MAGGIANI, CHARLES TORDJMAN
MISE EN SCÈNE CHARLES TORDJMAN

avec Serge Maggiani

scénographie Vincent Tordjman musique Vicnet lumière Christian Pinaud costumes Yohji Yamamoto conseillère artistique Pauline Masson
production Cie Fabbrica avec Prima donna/Les 2 Bureaux coproduction Théâtre de la Ville - Paris, Sortie Ouest Domaine départemental de Beyssan - Béziers résidence de création au Conservatoire Jean-Baptiste Lully - Puteaux

« Longtemps je me suis couché de bonne heure », dit le narrateur. Aussitôt le fil de la mémoire tire les souvenirs, « pousse le temps avec l’épaule » comme le disait Saint-Simon. Surgissent alors des sensations et des émotions enfouies.
Le metteur en scène Charles Tordjman et l’acteur Serge Maggiani nous livrent une adaptation d'un monument de la littérature française.
Comme un feuilleton, ce spectacle nous entraîne au cœur du jeu de miroirs conçu par Proust entre les émotions de l’enfance et le monde sensible du narrateur deÀ la recherche.


Il y a plusieurs années, j’adaptais et mettais en scène avec Serge Maggiani quelques passages de À la recherche du temps perdu de Marcel Proust. Deux spectacles, deux temps sont nés de cette audace sous un même titre emprunté à Saint Simon : Je poussais donc le temps avec l’épaule. […]
Nous n’avons pas su résister au désir, Serge et moi-même, de replonger dans ces moments d’éternité accumulés dans cette œuvre immense. Nous y revoici donc, tous deux prêts à refaire ce voyage où l’excitation se mêle à la joie des retrouvailles.
Peut-être irons-nous cette fois-ci à la recherche des corps perdus, éperdus. Il souffle parfois des désirs et des plaisirs qui dansent à côté du monde. On les trouve sur des chemins de traverse, sur des chemins de ruses, quand les paupières clignent contre le soleil et qu’une demi-obscurité se fait…[…]
Nous ne savons pas encore très exactement de quels nouveaux tremblements, de quelles découvertes seront fabriqués ces nouveaux temps. […] Nous savons que nous tenterons de plonger encore plus profondément dans cette étendue de langue infinie.
Charles Tordjman

Sur la pointe des pieds, tout en nous faisant savourer comme jamais la phrase longue et ciselée, tendue jusqu’au nerf de l’auteur de À la recherche, Serge Maggiani replonge chacun dans les secrets de sa mémoire intime. Jusqu’au sourire, jusqu’aux larmes. Jusqu’à redécouvrir, aussi, avec reconnaissance, la beauté rare de certains instants, de certaines émotions éphémères. Jusqu’à se réconcilier avec la vie et pour jamais avec le théâtre.
Fabienne Pascaud, Télérama

L'acteur fait corps avec le texte. C'est aussi un mime danseur d'une souplesse folle, il sculpte et déplace sa silhouette dans des lumières subtiles. Une révélation.
Paris Match
Théâtre
Salle Michel Simon durée 1h10 | jauge limitée À PARTIR DE 15 ANS
  • novembre
  • jeu 28 20h30
  • ven 29 20h30
  • sam 30 15h30
Abonnez-vous en ligne

Vente des billets hors abonnement à partir du
samedi 28 septembre 10h

Je poussais donc le temps avec l'épaule
© 2019 Centre Dramatique National Nice Côte d'Azur · Promenade des arts 06300 Nice
Tél 04 93 13 19 00 · Fax 04 93 13 79 60 · contact@theatredenice.org · Mentions Légales