Angelin Preljocaj 

Angelin Preljocaj

Chorégraphie Angelin Preljocaj

Le Ballet Preljocaj fait renaître Noces [1989], Annonciation [1995] et propose Torpeur, une nouvelle création 2023, pour une soirée en trois temps chorégraphiée par Angelin Preljocaj.

Annonciation
CRÉATION 1995
[20 min - 2 danseuses]
Chorégraphie et scénographie Angelin Preljocaj

Musique Stéphane Roy Crystal Music, Antonio Vivaldi Magnificat Interprétation musicale Ensemble international de Lausanne - Orchestre de Chambre de Lausanne dirigé par Michel Corboz Costumes Nathalie Sanson Lumière Jacques Chatelet Assistant & adjoint à la direction artistique Youri Aharon Van den Bosch Assistante répétitrice Cécile Médour Choréologue Dany Lévêque

Danseuses Clara Freschel et Florette Jager en alternance avec Mirea Delogu et Verity Jacobsen

Spectacle créé en résidence au TNDI - Châteauvallon - Toulon
Chorégraphie primée au Bessie Award 1997 à la 13e édition du New York Dance & Performance Award

Annonciation raconte la scène biblique durant laquelle l’Archange Gabriel apprend à Marie qu’elle va donner naissance au fils de Dieu. Un duo de danseuses nous emporte dans ce mélange d’extase et de douleur, nous prend aux tripes. Angelin Preljocaj signe une chorégraphie généreuse et élégante, enrichissant la symbolique de l’Annonciation de la complexité des sentiments humains.


L'INTENTION

Quelle clé détient le concept de l’Annonciation ? Qu’est censé ouvrir en nous cet événement fondateur d’une religion ?
Alors que de nombreux peintres depuis deux millénaires ne cessent d’interroger ce catapultage de symboles antinomiques qu’est l’Annonciation, il est étonnant de constater que ce thème à la problématique si proche du corps soit quasi-évacué de l’art chorégraphique. Pourtant, ce qui est en jeu ici est évidemment fascinant.
Angelin Preljocaj


LA PRESSE

Annonciation est un duo étonnant, aux images léchées, plein de violence acoquinée à une musique agressive, entre mysticisme et révélation qui, en l’occurrence, révèle un pur talent soucieux d’esthétisme, celui d’un chorégraphe surdoué.
Le Provençal,
1996

Le chorégraphe a conçu une pièce forte et dramatique qui dépasse de très loin l’imagerie mièvre et naïve des Annonciations sulpiciennes. Les attitudes sont belles et très picturales. Le langage chorégraphique d’Angelin Preljocaj est riche et varié, très expressif dans le jeu des visages, élégant et inventif dans la gestuelle des bras et des mains...
Le Figaro,
1996



Torpeur
CRÉATION 2023
[35 min - 10 danseurs]
Chorégraphie Angelin Preljocaj

Lumière Éric Soyer Assistant & adjoint à la direction artistique Youri Aharon Van den Bosch Assistante répétitrice Cécile Médour Choréologue Dany Lévêque

Danseurs Mirea Delogu, Antoine Dubois, Matt Emig, Chloé Fagot, Clara Freschel, Verity Jacobsen, Florette Jager, Erwan Jean-Pouvreau, Florine Pegat-Toquet, Maxime Pelillo, Valen Rivat-Fournier, Lin Yu-Hua

Coproduction Festival Montpellier danse


L'INTENTION

La torpeur est un état de corps, entre la sidération, la prostration, la nonchalance, l’abattement, et l’abandon, cet état évoque un renoncement. Cet état peut générer une forme de sensualité voire une grâce languissante. Le contact et la relation à l’autre s’engagent alors lentement, teintés d’une saveur pesante. Convoquer à nouveau les corps, l’espace et le temps, pour donner une forme à l’indolence, pour trouver un rythme à la lenteur et peut-être inventer une nouvelle grammaire paresseuse de l’hébétude, voilà les enjeux de ce projet.
Angelin Preljocaj


LA PRESSE

Au cœur du spectacle, embrassée par les désormais classiques pièces Annonciation et Noces, la dernière création du chorégraphe, Torpeur, explose de sensualité. Un triptyque sublime. Beau à couper le souffle.
Emmanuelle Bouchez, Télérama

Torpeur est écrite à l’encre de l’extrême harmonie. Un cadeau précieux en ces temps de violence et de doute. Un hommage à la danse, à sa grâce, son ardeur, sa légèreté, qui s’ouvre dans la vitalité et s’achève dans l’abandon à la beauté absolue.
Le Figaro




Noces
CRÉATION 1989
[35 min - 10 danseurs]
Chorégraphie Angelin Preljocaj

Musique Igor Stravinsky Noces Interprétation musicale Les Percussions de Strasbourg et le Chœur contemporain d'Aix-en-Provence dirigé par Roland Hayrabedian Costumes Caroline Anteski Lumière Jacques Chatelet Choréologue Dany Lévêque

Danseurs Mirea Delogu, Antoine Dubois, Matt Emig, Chloé Fagot en alternance avec Florine Pegat-Toquet, Clara Freschel, Verity Jacobsen, Florette Jager, Erwan Jean-Pouvreau, Valen Rivat-Fournier, Lin Yu-Hua

Commande 1989 Biennale nationale de danse du Val-de-Marne Production Maison des Arts - Créteil, TNDI Châteauvallon - Toulon, Alpha - FNAC, Arsenal - Metz, Centre National des Arts d'Ottawa

Angelin Preljocaj s’empare avec force du chef d’œuvre Noces de Stravinsky et l’emporte dans un ballet frénétique pour cinq couples où l’ordre et le chaos se succèdent. Le spectateur est porté, entraîné avec puissance, dans cette extraordinaire cérémonie.


L'INTENTION

Aussi loin que remonte ma mémoire, les Noces ont toujours sonné pour moi comme une étrange tragédie : tradition des Balkans ou regard d'un enfant fantasque, je savais qu'autour de la mariée, toujours absente des convivialités, le mystère s'épaissirait à mesure que les demoiselles d'honneur s'occuperaient d'en faire cette monnaie d'échange qui passera d'une famille à une autre, et puis, qu'elle apparaîtrait au moment ultime, lorsque toutes les consciences embuées par une journée de douce ivresse, se tourneraient vers elle pour ne plus ignorer ce pressentiment du drame dont elle était le reflet voilé. Alors s'offrant comme une forme renversée d'un rituel funèbre, elle verserait les larmes en s'avançant vers le rapt consenti.
Angelin Preljocaj


LA PRESSE

Cette tension extrême vécue par cinq couples est scandée d’images inoubliables : des poupées molles tendues à bout de bras telles les mariées flottantes de Chagall ; des plongeons dans le vide brutalement accomplis par de courageuses danseuses. Quelle belle soirée !
Emmanuelle Bouchez, Télérama

Avec Noces, Preljocaj s’attaque à son tour à la géniale partition de Stravinsky et signe un chef-d'œuvre… On est pris à la gorge par l’atmosphère qui s’installe immédiatement, durant le lourd silence qui précède l’explosion de musique de Stravinsky. Il va se dérouler une extraordinaire cérémonie, une danse d’exorcisme des peurs ancestrales, qui nous saisissent devant les mystères de la sexualité et de la mort.
Le Monde, 1989




©J-C. Carbonne

Dates de représentation

jeudi 16 mai 2024
20h
vendredi 17 mai 2024
20h
samedi 18 mai 2024
15h
saison 2023-24
Danse
Salle de La Cuisine
Tout public
Durée 1h45 [avec entracte]
Spectacle directement accessible au public sourd ou malentendant Spectacle directement accessible au public sourd ou malentendant
Spectacle accessible au public sourd et malentendant

LE COIN DU LIBRAIRE
Retrouvez la sélection littéraire autour du spectacle par la librairie Jean Jaurès ici !
Vous aimerez aussi...
  • Facebook
  • Instagram
  • Tiktok
  • X Twitter
  • Youtube
  • SoundCloud
  • Spotify