Vente des abonnements à partir du mercredi 4 septembre 10h
50 ans théâtre national de nice

saison 2019-20

le syndrome du banc de touche

TEXTE LÉA GIRARDET
MISE EN SCÈNE JULIE BERTIN

avec Léa Girardet

collaboratrice artistique Gaia Singer avec la participation de Robin Causse regard chorégraphique Bastien Lefèvre son Lucas Lelièvre lumière Thomas Costerg costumes Floriane Gaudin vidéo Pierre Nouvel
production Théâtre de Belleville, Cie Le Grand Chelem, ACMÉ Production remerciements à Mathias Bord, Antoine Cheltiel, Raymond Domenech, Vikash Dorasoo, Brieux Férot, Sarah Gagnot, Aimé Jacquet, Eva Jaurena, Hugo Layan, Thibaut Machet, Pierre Mankowski, Elisa Ruschke, Philippe Tournon, So Foot, Tatane, la Fédération Française de Football, le Jeune Théâtre National, le Théâtre Paris-Villette, le Festival Mises en capsules, le Festival la Lucarne, le Point Éphémère et tous les donateurs qui ont permis de mettre en place ce projet.
Texte paru aux Éditions Koinè.

Avec Le Syndrome du banc de touche, Léa Girardet dresse et incarne, avec humour, le parallèle entre le destin d’une actrice au chômage et l’attente des footballeurs remplaçants. Le banc de touche concentre à lui seul cette idée du désir, celui que chacun doit susciter pour exister.

Le Syndrome du banc de touche est une déclaration d’amour à « la loose » et à tous ces moments de doutes qui nous poussent chaque jour à devenir la personne qu’on devrait être. Ce projet part d’une expérience personnelle : le chômage qui a suivi mes années de formation en tant que comédienne. Très vite, un sentiment de mise à l’écart s’est installé dans mon quotidien, m’enfermant dans un cercle vicieux d’inactivité. J’ai fini par nommer ce sentiment en effectuant un parallèle avec les footballeurs remplaçants qui passent plus de temps à encourager leurs coéquipiers qu’à fouler la pelouse. Ce spectacle ne parle pas du métier de comédienne, c’est une porte d’entrée pour questionner le banc de touche au sens large du terme : cette exclusion sociale et ce sentiment d’illégitimité qui se mettent en place quand on ne travaille pas.
Le football a contaminé mon texte et l’a éloigné du côté autobiographique du seul en scène. Ainsi, le sport et le théâtre sont devenus un seul combat et la thématique de mon projet m’est apparue : la persévérance face à l’échec.
Léa Girardet

Dirigée avec précision par Julie Bertin (du collectif Birgit Ensemble), Léa Girardet saute, plonge, s'échauffe et danse sur I Will Survive. D'une blessure d'ego à l'amour du sport, elle signe un spectacle qui frappe par sa simplicité et sa franchise.
Jean Talabot, Le Figaro

Léa Girardet a du cran, de la lucidité et l'intelligence. [...] Ce spectacle, où elle dit beaucoup sur ce métier parfois ingrat qu'est celui de l'actrice, c'est le sien. Il est radieux comme une renaissance.
Joëlle Gayot, Télérama

Léa Girardet touche au but. Le Syndrome du banc de touche est un spectacle très réussi sur l'échec. Sur ces destins qui se jouent à trois fois rien : celui ou celle qui entre sur le terrain de jeu (pelouse ou scène) et ceux qui restent, sur le banc de touche et ont pourtant du talent à revendre. Le spectacle est fort et surprenant lorsqu'il entrelace ces deux fils (le théâtre et le foot).
Jean-Pierre Thibaudat, Mediapart

Théâtre
Salle Michel Simon durée 1h À PARTIR DE 14 ANS
  • janvier
  • jeu 16 20h30
  • ven 17 20h30
  • sam 18 15h30

Vente des abonnements à partir du
mercredi 4 septembre 10h

Vente des billets hors abonnement à partir du
samedi 28 septembre 10h

Le Syndrome du banc de touche
© 2019 Centre Dramatique National Nice Côte d'Azur · Promenade des arts 06300 Nice
Tél 04 93 13 19 00 · Fax 04 93 13 79 60 · contact@theatredenice.org · Mentions Légales